Comment faire face à l'inflation ?

Si cela continue à ce rythme, le temps viendra où personne ne pourra plus s’offrir de quoi manger. Récemment, nous souffrons d’une très forte inflation. Cependant, nous ne sommes pas seul à connaître ce problème. La plupart des pays, communistes ou capitalistes, démocratiques ou dictatoriaux, subissent l’inflation dans une certaine mesure. Les experts ne sont pas d’accord sur la cause, mais une chose est certaine : Tout le monde doit faire face à l’inflation.

Comment chacun s’y prend-​il ?

Une mère de trois enfants, a déclaré à un journaliste qu’en raison de l’inflation, elle ne pouvait plus servir trois repas par jour à sa famille. À présent, elle n’en donne que deux. Remarquez, je ne suis pas la seule, affirma-​t-​elle, des centaines d’autres font de même.  

Il est vrai que deux repas copieux par jour au lieu de trois, ce n’est pas la famine. Il n’empêche que pour certains, cela représente une adaptation difficile. Des centaines de millions de gens doivent apporter d’importants changements dans leur mode de vie. Comment réagissent-​ils?

Une réaction déraisonnable

L’inflation rend beaucoup de personnes craintives. La revue philippine Panorama a déclaré que l’inflation est responsable, à l’échelle nationale, des privations qu’accompagne la peur. Ne vais-​je pas perdre mon emploi demain ? (...) Pourrais-​je supporter la servitude de l’économie actuelle ? 

Cette peur peut amener des gens à agir de façon déraisonnable.Un article paru dans le périodique U.S.News and World Report commentait ainsi la situation : Luttant pour maintenir leur niveau de vie malgré une inflation qui dépasse les 10 pour cent et une récession qui ne fait que s’aggraver, un nombre toujours plus grand d’Américains appartenant aux classes moyennes a recours à la criminalité. L’article poursuivait en montrant que beaucoup de citoyens habituellement respectueux des lois, émettent à présent des chèques sans provision, se livrent à des détournements de fonds, au vol à l’étalage, à la tricherie en matière d’impôts. Et il faisait cette remarque: Ils ne sont pas foncièrement mauvais. 

Leur pouvoir d’achat a diminué et ils dépensent plus pour l’énergie, le loyer et la nourriture. Ils se demandent dans un tel cas (...) comment se restreindre. Avoir recours à de tels moyens pour éviter de se restreindre ne constitue pas une solution raisonnable. Le vol peut apporter un soulagement momentané à des difficultés économiques, mais il ne les résout pas. Une fois l’argent volé dépensé,les problèmes réapparaissent. Si le voleur est pris, la gêne et la honte publique viendront s’ajouter à ses difficultés.  L’augmentation du nombre des vols et des agressions aggrave l’incertitude et l’effroi que tout le monde ressent, y compris les gens les plus pauvres.

Ce que font certains

Robert Fuller, dans son rapport intitulé " L’inflation : L’augmentation du coût de la vie sur une petite planète " (cité dans le journal philippin Bulletin Today), déclare : " Comme l’essoufflement au fil des activités quotidiennes, l’inflation est pour nous le signal d’un changement dans notre mode de vie."  C’est vrai pour les nations comme pour les particuliers. Certaines personnes se sont mises à analyser leur façon de vivre et, au lieu de dépenser des sommes toujours plus élevées, elles ont décidé de "mettre la main à la pâte". 

Des familles font pousser des légumes dans leurs jardins, reprisent leurs vêtements au lieu d’en acheter de nouveaux, réparent et décorent leurs maisons. Si quelque chose qu’elles considèrent comme accessoire, un poste de télévision par exemple, ne peut être facilement réparé, elles s’en passent.  Parfois, ils marchent au lieu d’utiliser les transports publics, et plutôt que de s’offrir des distractions, ils emmènent leurs enfants faire une promenade au parc. Vraiment, " les meilleures choses dans la vie sont gratuites ". Elles sont aussi à l’abri de l’inflation.

Soyons raisonnables

Faire face à l’inflation avec sagesse peut entraîner des changements dans son mode de vie. Aussi faut-​il souvent modifier sa façon de penser. Dans un pays d’Asie, un homme avait économisé assez d’argent pour acheter deux porcs et il projetait d’en entreprendre l’élevage. Il y eut une fête au village et, comme cet homme occupait une position en vue, on s’attendit à ce qu’il paie la plus grande partie de la nourriture. Ses économies s’envolèrent et son petit élevage, qui aurait pu être un abri contre l’inflation, ne vit jamais le jour.

Dans la même région, un autre homme emprunta de l’argent à une banque pour apporter des améliorations dans sa ferme. Puis, de façon inattendue, son fils se maria. Suivant la coutume de l’endroit, il invita tout le village au banquet de mariage. S’il avait fait moins, il aurait " perdu la face ". Il dépensa tout l’argent de son emprunt pour recevoir ses voisins. À présent, la banque le menace d’intenter une action en justice pour l’obliger à rembourser. Malheureusement, il risque même de perdre sa ferme.

Ces faits mettent en lumière un autre aspect de la sagesse, lorsque s’agit de faire face à des problèmes économiques : Il faut avoir le courage de ne pas suivre certaines coutumes ou traditions qui, bien qu’elles ne soient pas néfastes, sont trop coûteuses pour être pratiques.Il est également nécessaire d’être raisonnable dans un autre domaine. Dans certaines régions, l’homme se voit offrir la possibilité d’aller travailler dans des pays riches. Il doit rester à l’étranger un an ou plus. Quand les temps sont durs, il est difficile de laisser échapper pareille occasion. Mais avant de prendre une décision, il faut bien réfléchir. 

Que deviendra la famille ? Un homme doit à sa famille plus que de l’argent. Qui s’occupera de sa femme et disciplinera ses enfants ? Certains qui ont accepté ce genre de contrat ont constaté, à leur retour, que leurs enfants étaient devenus délinquants. Le cas d’un coupeur de canne à sucre est quelque peu semblable. Quand le cours mondial du sucre a baissé, on a diminué son salaire, si bien qu’il n’avait pas assez d’argent pour couvrir ses dépenses.  

Il estima que la meilleure solution était d’emprunter une certaine somme et de monter un petit commerce de bestiaux et de diverses denrées. Cependant, son prêteur insista pour qu’il travaille sept jours par semaine, sans quoi il lui retirerait le prêt. À présent, cet homme n’a plus le temps de s’occuper de sa famille ou de faire autre chose. 

Il consacre toute sa vie à gagner de l’argent.

Si vous êtes victime d’une forte pression économique, discutez donc de vos projets avec quelqu’un d’expérimenté et mûr en qui vous avez toute confiance. La solution que vous avez en tête est-​elle la seule envisageable ? Qu’ont fait d’autres personnes ?  Les plans échouent là où il n’y a pas d’entretiens confidentiels, mais dans la multitude des conseillers il y a réalisation. Des entretiens confidentiels peuvent vous empêcher de vous créer des difficultés inutiles. Pour faire face à l’inflation, la chose primordiale est peut-être d’avoir le bon point de vue sur les biens matériels, de discerner ce qui est important et ce qui ne l’est pas. 

Il n’y a pas longtemps, une grave inondation ravagea plusieurs provinces du nord des Philippines et fit beaucoup de dégâts. Une famille pauvre voyant les eaux monter se réfugia dans un manguier. De là, elle put voir les eaux tourbillonnantes emporter sa maison, ses quelques cochons et poulets, tout ce qu’elle possédait. Comment ces gens ont-​ils réagi ? Ils ont remercié Dieu d’être toujours en vie. Ils étaient reconnaissants de posséder encore leur bien le plus précieux, la vie.  

Un de leurs voisins était très riche et possédait de grandes rizières. L’inondation détruisit toute la récolte. Même après le désastre, cet homme était probablement beaucoup plus riche que ses pauvres voisins, mais ses pertes étaient plus importantes. Son esprit ne résista pas à ce choc et l’homme sombra dans une dépression nerveuse. À cause d’une catastrophe, notre mode de vie peut changer en un instant; l’inflation, elle, nous dépouille lentement et insidieusement. Cependant, le résultat est le même. 

Si nous accordons une trop grande valeur à notre mode de vie, nous risquons de faire de trop grands sacrifices pour le préserver. Il est vrai que la plupart des gens qui sont habitués aux commodités de la civilisation, ne les abandonneraient pas volontiers. Néanmoins, nous pouvons nous passer de beaucoup d’entre elles. C’est peut-être ce que nous devrons faire de plus en plus, face à l’inflation. Le roi Salomon écrivit que " la sagesse sert à la protection comme l’argent sert à la protection; mais l’avantage de la connaissance c’est que la sagesse garde en vie ses possesseurs". 

Salomon possédait une grande sagesse et avait beaucoup d’argent. Il était donc bien placé pour juger de leur valeur. Puisque l’argent devient de moins en moins efficace en tant que " protection ", il serait bien de considérer une autre solution de grande valeur, la sagesse.Des milliers de gens parviennent à faire face à l’inflation simplement parce qu’ils mettent en pratique les conseils de la sagesse.

0 Commentaires